navigationmenu

vendredi 3 juillet 2015

Ragoût de fèves et petits pois de ma grand mère // My grandmother's fava beans and peas stew

Bon, vous savez quoi? Oubliez cette histoire de rythme au ralenti pour l'été, parce que j'ai quand même pas mal de recettes à vous partager et je ne voudrais pas me retrouver en Octobre avec des photos de fraises et d'abricots plein mon PC et devoir attendre l'année prochaine pour les partager! D'autant que j'ai retrouvé la motivation de tester mes recettes, alors autant en profiter! Disons que je vais poster à minima une fois par semaine, le reste sera du bonus ;)


Cette "peur" de ne pas partager certaines recettes à temps s'applique tout à fait à ce ragoût. Je tenais à tout prix à vous le montrer avant que la saison des fèves et petits pois ne soit terminée (j'espère même que ce n'est pas déjà trop tard! Heureusement que ça marche aussi avec des surgelés!). Alors, certes, ce n'est pas la recette la plus adaptée à la température qu'il fait en ce moment, mais je l'aime tellement ce ragoût que je pourrais en manger même par 40°C! (et rassurez-vous, des recettes plus fraîches arrivent bientôt!)


Comme le titre l'indique, il s'agit d'une recette de ma grand-mère (comme ma garbure! Par contre, celle là, je vous déconseille de la faire actuellement ;). En fait, je pense que c'est même ma recette préférée parmi toutes les bonnes choses que cuisine ma mamie. Quand j'allais manger chez elle le samedi et que je voyais sur le feu une casserole recouverte d'une assiette, je bondissais de joie car je savais qu'on allait avoir droit à ses fameux petits pois. Je crois que mon bonheur était encore plus grand quand je découvrais qu'il y avait également des fèves! Je pense que je serais même incapable de citer un autre plat d'été cuisiné par ma grand mère tellement ce ragoût m'obsède! Ou presque, puisque je pourrais aussi vous parler de ses patates nouvelles frites à la perfection, ou de ses haricots verts à la vapeur tendres comme du beurre, ou bien de sa salade de tomates du jardin à tomber à la renverse!

Une fois à table, je pouvais engloutir une quantité phénoménale de petits pois, recommencer avec joie le lendemain car on emportait toujours les restes à la maison, et recommencer encore le weekend suivant. Bref, vous l'avez compris, j'adore ce ragoût, je peux en manger des tonnes, JE TUERAIS POUR LUI! (ahem, pardon, je m'emporte...) J'ai bien essayé de reproduire ce plat chez moi, d'après les indications approximatives de ma mère, mais je n'arrivais jamais au même résultat que ma grand-mère. J'avais les bons ingrédients, bien que pas aussi frais et délicieux que ceux cueillis dans le jardin de mamie le matin même, et pourtant il manquait quelque chose d'autre, un petit truc sur lequel je n'arrivais pas à mettre le doigt.


Alors j'ai pris le problème à la source et j'ai demandé à mamie son secret. Et comme je suis une fille super sympa (petit moment jetage de fleurs ;), je le partage avec vous. Ce secret c'est la cuisson à l'étouffée avec une assiette creuse remplie d'eau posée sur la casserole. Et de temps en temps, on verse l'eau dans la casserole, et puis c'est aussi simple que ça. Une fois le téléphone raccroché, j'ai filé en derrière les fourneaux et je me suis mise au travail. J'ai scrupuleusement suivi les instructions de mamie, et lorsque j'ai versé mon ragoût dans ma jolie soupière chinée (#coeuraveclesdoigts. Pour une soupière. Ouioui.), j'étais très excitée de constater qu'il ressemblait beaucoup à celui que j'avais si souvent dégusté pendant mon enfance. J'ai voulu le photographier dans un esprit un peu dark-rustique à la Local Milk, Miss Food Wise ou Hortus Cuisine, mais non seulement je n'ai pas leur talent, mais j'étais aussi très impatiente de plonger ma fourchette dans ces beaux légumes fumants (et puis chéri mourrait de faim aussi, accessoirement. Je le remercie pour sa patience dans ces moments là, il me regarde tourner autour de la table et grimper sur des tabourets en silence, alors que son estomac gargouille!). J'espère que vous le trouverez tout de même appétissant (pas facile avec les 40°C ambiants!), en tout cas pour moi c'est un plat incroyablement sexy!


Oh, et le goût dans tout ça? Celui du ragoût de mon enfance. Peut-être pas à 100%, car je ne pourrai probablement jamais reproduire la cuisine de ma mamie, ou alors lorsque j'aurai 86 ans comme elle (et des poêles tout aussi vieilles!), mais très, très proche. Suffisamment pour me donner envie d'en engloutir des tonnes, tous les samedis ;)


Ragoût de fèves et petits pois de ma grand mère {vegan, sans soja, sans noix, sans gluten}
Pour 4 personnes (ou moins, si comme moi vous en mangez trois fois plus que la normale!) :
- 500 g d'un mélange de mangetout, fèves et de petits pois écossés, dans les quantités que vous souhaitez (ou juste l'un ou l'autre, ça marche aussi!), de préférence frais
- 1 gros oignon blanc (de préférence frais lui aussi)
- une poignée de petites patates nouvelles
- 1 branche de thym
- 5 branches de persil
- quelques feuilles de salade (choisissez une salade assez douce, pas de roquette ou de variété amère)
- sel, poivre
- huile végétale
- optionnel (et pas vegan du tout) : un morceau de poitrine de porc ou un talon de jambon

Pelez et coupez l'oignon en huit. Si vos fèves sont grosses, ou en fin de saison, pelez la peau extérieure qui entoure chaque haricot (vous pouvez le faire sur toutes les fèves si vous n'aimez pas le goût légèrement amer de la peau, mais moi j'adore ;) Rincez les patates pour enlever la terre, mais laissez la peau. Si besoin, coupez les plus grosses pour avoir des morceaux de taille équivalente.

Faites chauffer une cs d'huile végétale dans une casserole et faites revenir l'oignon (et le jambon si vous en utilisez) à feu moyen quelques minutes. Ajoutez les fèves, les petits pois et les patates et faites revenir encore un peu à feu moyen.

Salez, poivrez, ajoutez le thym, le persil et la salade puis baissez le feu. Posez une assiette creuse remplie d'eau sur la casserole et faites mijoter les légumes à feu doux pendant une dizaine de minutes.

Une fois que l'eau contenue dans l'assiette est chaude, versez-la dans la casserole, puis re-remplissez l'assiette et replacez la sur la casserole.

Laissez les légumes mijoter encore une vingtaine de minutes, puis versez à nouveau l'eau dans la casserole, et replacez l'assiette à nouveau remplie. Répétez l'opération autant de fois que nécessaire jusqu'à ce que les légumes soient bien tendres. Normalement, après une heure de cuisson maximum, le ragoût est prêt. Lorsque j'ai fait le mien, j'ai versé de l'eau seulement deux fois, mais il est possible que pour une plus grande quantité de légumes, il faille en mettre plus souvent.

Rectifiez l'assaisonnement et servez bien chaud.


Today I'm sharing with you my grandma's secret on how to make what I think is the best fava beans and peas stew. When I was still living at my parents', we would visit my grandparents every weekend and my grandma would always cook a delicious lunch, with vegetables she had grown herself in her beautiful garden, and had picked the very morning for us to enjoy.  I am so thankful to know the taste of real, homegrown veggies thanks to my grandparents, and that's why I love going to the farmers' market so much nowadays, because that's the only way I can find authentic and fresh products that taste like these from my grandparents' garden.

My favourite was without a doubt this stew, that my gandma still makes during late spring and early summer. When I arrived to her place and spotted a pot with a plate on it on the fire, my heart would fill with joy as I knew we would be eating her famous peas stew. I think I was even more delighted when there was fava beas in it! I could eat tons of it every Saturday, and on Sundays as well since we would always go back home with all the leftovers. I am actually so in love with that stew that I almost couldn't tell you what else is served a my grandparents' during summer. I say almost, because I aso dinstinctively remember her potatoes fried to perfection, her steamed green beans, sweet and soft like butter, or her heirloom tomato salad.


But now that I live away from my family, I can't enjoy this stew as much as I'd like, so I decided to try making it at home, on the slightly confused directions my mom gave me. I had the right ingredients (though not as good and fresh as my grandma's), but something was still missing. So I called my grandma and asked for her secret. It is simply to put a soup plate filled with water on the top of your pot, and regularly put the water in the pot! So easy! I immediately ran into my kitchen and proceed to the making of the stew.

When I poured it in my beautiful thrifted tureen to photograph it, I was excited to see it looked excatly like my grandmother's stew. I wanted to picture it in a dark-rustic way à la Local MilkMiss Food Wise or Hortus Cuisine, but I don't have their talent and I was way too imatient to taste it. Oh, and my bf was starving, incidentally. I'm really thankful for his patience as I turn around the table like crazy and climb on stools to take picture of our food, him silently observing as his stomach gurgles. I still hope that you'll find this dish appealing, it's a very sexy one for me anyways! (even with the heatwave we're going through at the moment!)


Oh, and how does it taste, you say? Well, it's just like the stew from my childhood. Ok, not 100% the same, as I will probably never replicate my grandmother's cuisine, or maybe when I am 86 like her (and with pots that are roughly the same age!), but very, very close. So much that I could eat tons of it, every Saturday!

My grandmother's fava beans and peas stew {vegan, soy-free, nut-free, gluten-free}
Serves 4 (or less, if you're like me and can eat tons of the stuff!) :
- 500 g of a mix of fava beans, snow peas and peas, shelled (or just one of them, it works very well too!), preferably fresh (frozen will work as well but don't used dried or canned)
- 1 big white onion (preferable fresh as well)
- a handful of small new potatoes, rinced but with skin on
- 1 sprig thyme
- 5 sprigs parsley
- a few salad leaves (choose a sweet variety, no aragula or bitter salad)
- salt and pepper
- vegetable oil
- optional (and obviously not vegan) : bacon, cut in chunks

Peel and cut the onion in eight pieces. If your fava beans are big, or if it's the end of the season, peel the external skin (if using frozen, they ususally are already peeled). You could do it on all of them if you don't like the slighthly bitter taste of the outer skin, but I personally love it! If needed, cut the biggest potatoes in chunks so that all the potatoes pieces have roughly the same size.

Heat 1 tbsp vegetable oil in a pot on medium heat. Cook the onion (and bacon if using) for a few minutes, until sightly translucent, then add the peas, fava beans and potatoes and cook for a few minutes, stirring.

Add salt and pepper to taste, thyme, parsley and salad leaves whole, stir and lower the heat.

Place a soup plta filled with water on the top of your pot and simmer on low heat for 10 min. When the water in the plate is hot, pour into the pan, the refill the plate and replace on top of the pan.

Simmer for 20 minutes, then add the warm water from the plate to the pot again. Refill the plate and place on the pot.  Repeat until the vegetables are cooked. They must be very tender and sweet. It shouldn't take more than one hour. I only had to pour water in my pot twice, but if cooking a bigger quantity, you might need to pour water a bit more often.

Adjust seasoning and serve hot.

mardi 30 juin 2015

D'internet à mon assiette : Juin 2015 // From the Internet to my plate : June 2015

Passage en coup de vent aujourd'hui, je ne suis pas trop dans mon assiette (un comble pour une blogueuse bouffe!), alors je file me remettre sous ma couette! Sans plus attendre, voici les recettes qui m'ont régalées en juin!


01. Red lentils and spinach in massala sauce (lentilles corail et épinards sauce massala) | Naturally Ella : Des lentilles, des saveurs indiennes, voilà qui commence bien. Et si en plus c'est Erin Alderson qui est derrière cette recette, ça ne peut être qu'une réussite, car le moindre de ses posts me fait saliver. Le résultat était bien entendu à la hauteur de ce que suggèrent les photos : un plat délicieux, parfumé et crémeux à souhait. Mon homme n'a pas arrêté de dire à quel point c'était bon pendant tout le repas! Et s'il vous reste de la pâte de curry, faites comme Erin : utilisez-la pour assaisonner des pommes de terre sautées, cassez un ou deux oeufs dessus, et régalez vous une deuxième fois!

02. Roasted radish pasta with radish leaves pesto (pâtes aux radis rôtis et au pesto de fanes de radis) | Oh My Veggies : Le jour où cette recette est apparue dans mon fil Bloglovin, j'avais justement quelques radis qui traînaient au frigo, et un beau bouquet de fanes. Autant vous dire que ce plat était pile ce qui me fallait pour les écouler! Pour être tout à fait honnête, j(ai un peu hésité car j'avais déjà tenté les radis rôtis mais je n'avais pas été très convaincue. J'ai tout de même décidé de leur redonner une chance car j'avais reconnu la patte d'Andrea Bemis au premier coup d'oeil, et son blog Dishing Up the Dirt est également un de mes préférés. au point de me lancer les yeux fermés dans n'importe laquelle de ses recettes (enfin bon, façon de parler hein, parce que cuisiner les yeux fermés c'est clairement pas une bonne idée!) Eh bien je peux vous dire que j'ai très bien fait, car ce plat de pâtes était absolument fabuleux et m'a fait changer d'avis sur les radis cuits!

03. Appareil à quiche vegan | Chocolate and Zucchini : je ne sais pas vraiment comment je suis tombée sur cette recette, car je ne suis pas une lectrice assidue de Chocolate and Zucchini, mais je peux vous dire que je suis très contente de l'avoir trouvée! Je n'avais encore jamais tenté de quiche vegan car j'ai rarement la quantité de tofu adéquate pour ça (il faut souvent une combinaison de tofu ferme et soyeux, et le soyeux est rare dans mon frigo, même si je l'apprivoise tout doucement), par contre j'ai toujours de la farine de pois chiches (cherchez l'erreur, la nana n'a pas d'oeufs chez elle mais pour la farine de pois chiches, pas de problème!...). Niveau texture, c'est assez bluffant car proche d'une "vraie" quiche bien moelleuse. Niveau goût, ce n'est évidemment pas pareil qu'avec des oeufs, mais c'est tout de même délicieux. La preuve : je l'ai faite deux fois en deux semaines!

04. Croque aux cerises, épinards et chèvre frais | Clea Cuisine : Bon, cette recette n'est pas pas vraiment nouvelle pour moi puisqu'elle a plus de deux ans et que je l'avais déjà testée une première fois lors de sa publication, mais elle m'est revenue en tête récemment, alors que j'avais un panier de cerises de plus d'un kilo sur les bras. Et franchement, je me demande pourquoi je ne fais pas cette recette plus souvent (c'est sans doute car mon homme n'aime pas le chèvre...) car ces croques acidulés sont à tomber! Voilà qui change un peu des clafoutis! (ceci dit, peut-on vraiment en avoir marre des clafoutis aux cerises?!)

jeudi 25 juin 2015

Smoothie à l'abricot façon spéculoos // Apricot "speculoos" smoothie

Oui, je sais que j'avais dit "un post par semaine", mais là j'ai une contrainte de timing à respecter : en ce moment, je participe au "Défi crrru" organisé par le site La Minute Papillon. Le Défi crrru, c'est trois semaines pour réintroduire le cru dans notre alimentation, pour une cure de bien être pour démarrer l'été en pleine forme.

Chaque semaine, c'est un des repas de la journée qui est "crudifié", et on démarre avec le petit déjeuner. Après trois jours à tricher un peu avec des porridge-pas-tout-à-fait-crus puisque mes flocons d'avoine sont déjà précuits à la vapeur, je suis passée au smoothie maintenant que les abricots que j'ai achetés ce weekend sont bien mûrs! Et puisque j'ai partagé ma recette sur Facebook, je voulais aussi la publier aussi, tant qu'on était encore dans la semaine "petit déj cru". Voici donc un smoothie ultra-facile, ultra-rapide, avec un bon goût de spéculoos et pourtant 100% cru, que je vous encourage à tester cet été même si vous ne faites pas le défi!


Smoothie à l'abricot façon spéculoos {vegan, sans soja, sans gluten}
Pour un verre de smoothie :
- 2 gros abricots bien mûrs
- 2 dattes
- 2 cs de graines de lin (ou de flocons d'avoine pour une version pas tout à fait crue, certifiés sans gluten si nécessaire)
- 1 cs de purée d'amande complète
- 1/4 cc d'épices pour spéculoos (ou à défaut, de cannelle et gingembre en poudre)
- lait d'amande

Dénoyautez les dates et les abricots et coupez-les en morceaux. Mettez-les dans le bol d'un blender avec la purée d'amande, les graines de lin et les épices, puis recouvrez de lait d'amande. Mixez et dégustez immédiatement, ou bien versez dans un bol et attendez que les graines de lin épaississent le smoothie puis dégustez à la cuillère, recouvert éventuellement de noix et de fruits frais pour un smoothie bowl plus complet.


A quick smoothie recipe that mimics the taste of speculoos, while being 100% raw! A perfect start to a bright summer day!

Apricot "speculoos" smoothie {vegan, soy-free, gluten-free}
Serves 1 : 
- 2 big, ripe apricots
- 2 dates
- 2 tbsp flax seeds (or oat flakes, but it won't be 100% raw if your oats are pre-cooked. Use certified GF oats if necessary)
- 1 tbsp whole almond butter
- 1/4 tsp speculoos spices (or a mix of cinnamon and ground ginger if you can't find pre-made speculoos spice mix)
- almond milk

Pit the dates and apricots, cut in chunks. Place in the bowl of a blender with the flax seeds, almond butter and spices. Cover with almond milk and blend. Serve immediatly, or pour in a bowl and wait for the smoothie to thick, then eat with a spoon, topped with more fresh fruits and nuts for a more consistent smoothie bowl.

mardi 23 juin 2015

Stir-fry d'asperges et radis au vinaigre noir // Black vinegar asparagus and radish stir-fry

"C'est reparti pour un rythme un peu plus régulier"... Hum, bon, un article par semaine, c'est régulier non? Je crois que pour l'été, je vais en rester à ce rythme, pour plusieurs raisons. La première, vous commencez à la connaître, c'est que je suis un peu à court de temps, surtout pour écrire mes articles. J'arrive à caser quelques rapides séances photos dans mon quotidien grâce aux longs et beaux jours qui m'apportent plein de lumière (et encore, il faut que je trie et retouche mes photos après coup!), mais la rédaction des posts est également très chronophage. Et comme j'ai quand même envie de profiter de mes soirées d'été, que je passe déjà mes journées sur un ordinateur pour mon boulot, je vous avoue que je n'ai pas trop envie de faire des heures sup devant un écran! Sans compter que j'essaie de reprendre le sport de façon un peu plus assidue (mais bon, j'ai pas trop prévu d'aller à la plage cette année, donc le bikini body ne m'obsède pas tant que ça!), et que j'ai au moins un millier de projets de couture ;) Je ne me plains pas hein, bien au contraire! Mais je fais des choix, notamment celui de ne pas proposer des articles bâclés, avec des photos dont je ne suis pas entièrement satisfaite. Bon, je vous avoue que j'ai un peu l'impression de stagner en photographie, je prends peu de risque vu que j'ai peu de temps pour ça (ou en tout cas que je m'en donne peu!), mais comme je progresse en couture, ça compense!


La seconde, c'est que même si j'ai plein d'idées, je n'ai pas forcément la motivation pour les réaliser. Ca me semble un peu bizarre, mais c'est comme ça. Disons que'en ce moment, j'en ai un peu marre de salir 125000 plats pour la réalisation d'une recette + les photos. Ajoutez à ça des contraintes de disponibilité des produits, de place dans le frigo, de planification des repas (oui, parce que c'est bien joli de cuisiner, mais après faut tout manger! Et il faut aussi jongler avec ce qui doit être mangé en priorité dans le frigo, et quand j'entame 15000 trucs pour les besoins d'une recette, après c'est la galère pour ne rien gâcher!), bref, LA VIE quoi. (Si suite à ça vous avez une détestable chanson de Cali dans la tête, j'en suis désolée!).

Et puis les idées c'est bien encore faut-il les mettre en pratique. Et surtout, il faut arriver à un résultat qui tienne la route, ce qui n'est pas toujours le cas. Alors je sais bien que c'est le lot de tout blogueur culinaire, les tests et les ratés, mais en ce moment je fais déjà face à pas mal de frustrations (dont celle d'épingler à l'envers DEUX FOIS DE SUITE une robe!) alors j'ai envie qu'en cuisine, ça se passe bien. J'ai donc envie de me laisser guider par les recettes des autres, que ce soit celles que je vois sur internet ou dans ma collection de livres de cuisines (certains n'ayant même pas encore servi, honte à moi!), qui est d'ailleurs enfin sortie de son carton et est bien rangée dans une bibliothèque Ikea toute neuve! Donc autant vous dire qu'avoir tous ces bouquins à nouveau sous les yeux, ça me donne furieusement envie de me plonger dedans!


Voilà, fin du monologue 3615 ma vie. Ah si, encore un dernier couplet : vous m'expliquez comment ça se fait qu'on soit DÉJÀ EN ÉTÉ??! Pétard! J'ai l'impression que le mois de juin a débuté il y a trois jours, j'avais prévu d'en profiter pour faire des pique nique et des barbecues, et résultat, le barbecue est toujours bien rangé à sa place DEDANS et on a fait un seul pique nique, mais même pas dans le parc où on avait prévu d'aller vu qu'il était fermé... Ceci dit, je ne m'en plains pas là non plus, car avec l'été arrive une avalanche de nouveaux produits sur les étals du marché (dont les premiers abricots, un de mes fruits préférés, quel bonheur d'habiter dans la vallée du Rhône!). Ce qui m'amène à la conclusion suivante : il est temps d'en arrêter là avec les asperges et de faire de la place à toutes ces nouveautés. C'est donc la dernière recette "de printemps" que je publie ici : un stir-fry qui met à l'honneur deux produits phares de cette saison, inspiré de cette recette du Sichuan, puisque je poursuis mon exploration de la cuisine chinoise. L'acidité du vinaigre se marie bien avec la douceur des asperges et du radis, les épices relèvent le tout, voilà qui me change un peu des assaisonnements à tendance vietnamienne que j'avais l'habitude d'employer!

Stir-fry d'asperge et radis au vinaigre noir {vegan, option sans gluten, sans noix}
Pour une personne en plat principal (ou deux petites portions d'accompagnement) :
- une douzaine d'asperges vertes
- une dizaine de radis
- 1 oignon nouveau
- 1 gousse d'ail
- 1 morceau de gingembre de la taille de la gousse d'ail
- 3 piments de Cayenne séchés (ou moins si vous avez peur que ça pique, mais je vous assure que ce n'est pas si épicé que ça!)
- 1/4 cc de quatre épices
- 2 cc de sauce soja claire (sans gluten si besoin)
- 1 cc de vinaigre noir (vérifier qu'il ne contienne pas de gluten si besoin)
- huile végétale au goût neutre

Pelez et hachez l'ail et le gingembre. Tranchez finement la partie blanche de l'oignon nouveau et découpez la partie verte en tronçons d'environ 1 cm de long.

Pelez la base des asperges pour retirer les fibres dures. Coupez-les en tronçons d'environ 3cm de long. Coupez les radis en deux (pas si vous utilisez des radis ronds) et écrasez-les avec le plat du couteau.

Mélangez la sauce soja et le vinaigre dans un petit bol.

Faites chauffer une poêle ou un wok à feu moyen et versez un peu d'huile. Faites revenir la partie blanche de l'oignon, l'ail et le gingembre pendant quelques minutes, en remuant constamment, jusqu'à ce que que l'ail et le gingembre embaument. Ajoutez les piments et le quatre épices et faites revenir 20 secondes en remuant. Prenez garde à ne pas percer les piments ou votre plat sera très piquant!

Augmentez le feu, ajoutez les asperges et les radis et laissez cuire quelques minutes, toujours en remuant, jusqu'à ce que les asperges prennent une couleur vert vif.

Ajoutez les tiges vertes de l'oignon et la sauce, remuez encore pendant 30 secondes, puis servez bien chaud. Attention à ne pas croquer dans un piment quand vous mangez, vous pouvez les retirer du plat avant de servir.


Black vinegar asparagus and radish stir-fry {vegan, gluten-free option, nut-free}
Serves 1 as a main (with rice) or makes 2 little sides :
- a dozen green asparagus
- 10 radishes or so
- 1 green onion
- 1 clove garlic
- 1 piece ginger, the same size as the garlic clove
- 3 dried cayenne peppers (or less if you fear it will be too spicy, but I think it is still manageable!)
- 1/4 tsp allspice
- 2 tsp light soy sauce (choose GF if needed)
- 1 tsp Chinese black vinegar (check the label to ensure it's GF if needed)
- neutral vegetable oil

Peel and mince finely the garlic and ginger. Slice thinly the white part of the onion, slice the green parts in 1/2-inch pieces.

Peel the base of the asparagus to remove the tough fibers. Slice in 1 1/2-inch pieces. Cut the radishes in two (not if using round radishes) and smash them with the flat part of the knife.

Mix the soy sauce and vinegar in a small bowl.

In a pan or a wok, heat 1 tbsp oil over medium. Fry the garlic, ginger and white part of onion for a few minutes, strirring constantly, until fragrant. Add in the peppers and allspice and cook for 20 seconds. Be careful not to crack open the peppers or the dish will be quit hot!

Turn up the fire and add asparagus and radishes. Cook for a few minutes, stirring, until the asparagus turn bright green.

Add the green parts of the onion and the sauce, stir and cook for 30 more seconds. Serve hot, and be careful not to bite into the peppers when eating. You could remove the prior to serving. 

mardi 16 juin 2015

Salsa d'asperges et tofu tex-mex // Asparagus salsa and tex-mex baked tofu

Bon allez, c'est reparti pour un rythme un peu plus régulier de publications par ici! Sans surprise, voici encore une recette à base d'asperges, puisque je vous avais prévenus que j'avais plein d'idées pour les cuisiner, et que je veux les poster ici avant que la saison ne s'achève! Ceci dit, si je ne parviens pas à écouler mon stock de recettes, je vous les ressortirai l'année prochaine mouahahahahahaha!



 Je vous avais dit aussi vouloir expérimenter avec les asperges crues, comme pour mes tartines. J'ai donc pensé à en faire une salsa pour accompagner des tacos (ouiiii grand retour de la cuisine tex-mex, ça faisait longtemps que je n'en avais pas fait!). Cette recette est un bon moyen d'utiliser les parties dures à la base des asperges, il suffit de bien les peler pour retirer toutes les fibres dures et de les couper en petits morceaux pour briser celles qui resteraient. Bien sûr, vous pouvez aussi utiliser les parties tendres seulement ou les asperges dans toute leur longueur!


Je donne ici les quantités pour un petit bol de salsa (que j'ai dévoré en un repas sur mes tacos et comme un dip pour mes morceaux de tortillas restants, car comme vous pouvez le voir sur les photos elles se cassaient en mille morceaux!) mais je pense que cette recette peut également faire office de cerviche/tartare d'asperges et être servie en entrée, il faudra donc en prévoir plus dans ce cas!


Et en bonus, une recette simplissime de tofu aux épices tex-mex et sirop d'érable, parfait pour des tacos, une salade, un "buddha bowl", ou tout ce que vous voudrez! (évitez quand même de le servir au petit déjeuner dans du lait hein ;)



Salsa d'asperges {vegan, sans gluten, sans noix, sans soja}
Pour un petit bol :
- les tiges dures d'une dizaine d'asperges vertes (ou environ 5 asperges entières)
- 1/4 d'oignon rouge (ou une petite échalote)
- les feuilles de 3 à 5 tiges de coriandre (selon le goût)
- 1 cs de jus de citron vert
- 1/4 à 1/2 cc de flocons de piment (selon le goût)
- 1 pincée de sel

Pelez les tiges dures des asperges pour retirer les fibres dures et émincez-les en rondelles d'un demi centimètre environ.

Détaillez l'oignon en petits dés et hachez les feuilles de coriandre.

Mélangez tous les ingrédients et salez légèrement. Laissez reposer au moins 1/2 heure au frais. Plus vous laissez reposer, plus les asperges vont "cuire" dans le jus de citron. Cependant la salsa est meilleure le jour même car les feuilles de coriandre vont finir par ramollir dans le jus également. Rectifiez l'assaisonnement et servez sur des tacos, en dip, sur une salade/un buddha bowl, ou bien en petites portions comme un tartare.


Tofu aux épices tex-mex et sirop d'érable {vegan, sans gluten, sans noix}
Pour une portion :
- 100 g de tofu fumé (ou nature à défaut)
- 2 cc de sirop d'érable
- 4 cc d'huile d'olive (ou tournesol, pépins de raisins, colza)
- 1 cc de cumin en poucre
- 1 cc de piment en poudre (ou paprika pour une version moins piquante)
- 1/2 cc d'ail semoule
- 1/2 cc d'oignon semoule
- 1/2 cc de coriandre en poudre
- 1/4 cc de cannelle
- 1 pincée de sel

Préchauffez le grill de votre four à 200°C.

Détaillez le tofu en dés. Mélangez l'huile, le sirop d'érable et les épices dans un bol et ajoutez le tofu. Mélangez bien pour enrober le tofu.

Disposez le tofu dans un plat allant au four ou sur une plaque recouverte de papier cuisson. Versez le reste de la marinade sur le tofu.

Enfournez à mi-hauteur pour 15-20 minutes, en retournant une fois à mi-cuisson.

Vous pouvez aussi faire cuire le tofu à la poêle, sans ajout de matière grasse. Dans ce cas, ne versez le reste de marinade sur le tofu qu'en fin de cuisson, en mélangeant pour que la sauce épaississe et enrobe le tofu.

Servez dans des tortillas avec vos garnitures préférées (ici salade et salsa d'asperges, mais j'airais bien aimé avoir de l'avocat!), sur une salade ou dans un buddha bowl.


Asparagus season is slowly coming to its end, but I still have a few recipes to share before that, like this easy asparagus salsa. I love tex-mex food and I love asparagus, so I was very excited about trying this recipe, and it turned out just as I expected!




I'm giving the quantities for a small bowl of salsa (which I devoured in one meal onto my tacos and as a dip for my pieces of tortillas, which, as you can see on the pictures, totally fell apart since I overcooked them...) but feel free to up them and serve it as a dip with tortilla chips, or as a cerviche/tartare as a starter. I used the hard parts of asparagus to make it, just peel them carefully to remouve the hard fibers, then mince finely to break the remaining ones. But you could also use the tender parts only or whole asparagus as well.



I'm also giving you a quick recipe for maple glazed tex-mex tofu, which is perfect for tacos, on a salad or as a topping for buddha bowl (or really, anything that comes to your mind. Excepted maybe in a bowl of milk for breakfast ;)



Asparagus salsa {vegan, gluten-free, soy-free, nut-free}
Makes 1 smal bowl :
- the hard parts of about 10 asparagus (or 5 whole asparagus)
- 1/4 red onion (or 1 small shalott)
- the leaves of 3 to 5 cilantro sprigs (according to taste)
- 1 tbsp lime juice
- 1/4 to 1/2 red pepper flake (according to taste)
- 1 pich salt

Peel the asparagus stems to remove the hard fibers, then slice in 1/4-inch wide pieces.

Finely dice the onion and chop cilantro leaves.

Mix all the ingredients in a small bowl and leave to rest in your fridge for at least half an hour. The more it rests, the more the asparagus "cooks" in lime juice, but this salsa is best the day it is made as the cilantro leaves will turn mushy in the lime juice in the end.

Adjust seasoning and serve on tacos, on salads/veggie bowls, as a dip or in small portions as a tartare/cerviche.



Maple glazed tex-mex tofu {vegan, gluten-free, nut-free}
Serves 1 : 
- 100g firm smoked tofu (or regular if you can't find smoked)
- 2 tsp maple syrup (I like grade B)
- 4 tsp oilve oil (or sunflower, grapeseed, or any neutral flavoured oil)
- 1 tsp each : ground cumin, red pepper flakes
- 1/2 tesp each : garlic powder, onion powder, ground coriander
- 1/4 tsp ground cinnamon
- 1 pinch salt

Preheat oven broiler to 200°C.

Dice the tofu. Mix maple syrup, oil and spices in a bowl and add the tofu. Toss to coat.

Place the tofu in an oven-safe dish or on a baking sheet linet with cooking paper. Pour the rest of the sauce onto the tofu.

Bake for 15-20 min, tossing halfway through cooking.

You could also cook the tofu in a pan, withou added oil. In that case, pour the remaining sauce onto the tofu at the end of cooking and toss until it evaporates and coat the tofu.

Serve hot or cold in tacos with you favourite toppings (I had mixed greens and asparagus salsa here, but I wish I also had avocado!) or on salads/buddha bowls.



vendredi 12 juin 2015

Légumes fermentés façon kimchi // Kimchi-flavoured sauerkraut

A en croire les auteurs de Green Kitchen Stories, les aliments fermentés seront les stars culinaires de 2015. Amateurs de choucroute, réjouissez-vous, votre heure de gloire est arrivée! Enfin, réjouissez-vous à demi seulement, car le chou fermenté ne représente que la moitié d'une choucroute (même si techniquement, "choucroute" est en fait le nom du chou fermenté en lui même, et ce n'est qu'à partir du XIXe siècle que le mot désigne le chou et ses accompagnements en France, #merciwikipedia), et les pommes de terres bouillies et les saucisses ne sont pas prêtes de revenir sur le devant de la scène healthy-foodie. Sauf si vos saucisses sont vegan à la limite.


Bon, moi je n'ai jamais été une fan de choucroute. J'avoue même que je déteste ça, et pas uniquement celle de la cantine hein, ça vaut aussi pour celle d'un bon traiteur. Les saucisses en plastique rouge déjà, très peu pour moi. Et le goût acide du chou là, beurkbeurkbeurk, en plus il se transmet à tout, même aux patates, y'a même pas moyen d'y trouver son compte! Enfin, ça, c'était mon opinion à 10 ans. Parce qu'à force de voir des abundance bowls surmontés de légumes fermentés défiler sur mon fil Intagram, je m'interroge sur le bien fondé de mon aversion. Je me dis que si autant de gens en mangent aussi joyeusement, c'est que ça ne doit pas être si mauvais que ça.


Ceci dit, je pensais la même chose des choux de Bruxelles. A force d'en voir sur tous les blogs que je lis, j'ai voulu leur redonner une chance. J'ai tenté THE recette qui est censée faire changer d'avis sur les choux de Bruxelles et... Roulement de tambour... J'aime toujours pas les choux de Bruxelles, c'est ameeeeer beurkbeurkbeurk... Voilà... Enfin presque pas, crus ça passe (mais ils ont un goût de chou blanc cru tout à fait classique, donc aucun intérêt si ce n'est qu'ils sont plus petits et que ça m'évite l'achat d'un chou blanc de 25kg qui me restera sur les bras pendant trois mois...)

MAIS, après avoir vu cette recette, j'ai quand même envie de redonner aussi leur chance aux légumes fermentés. Alors là,c'est le moment où vous vous dites que je suis vraiment débile et que j'apprends vraiment rien de mes expériences. MAIS-BIS, je ne repars pas totalement de zéro dans cette histoire. Les légumes lactofermentés, j'ai déjà un peu testé, puisque j'ai déjà mangé (maintes fois) du kimchi!

Petite parenthèse culturelle pour ceux qui ne connaitraient pas le kimchi (mais vraiment, si c'est le cas, c'est que vous avez vécu sur Mars les trois dernières années hein). Le kimchi n'est rien d'autre que de la choucroute coréenne (au sens de "légumes fermentés" cette fois, d'ailleurs je me dis que j'aurais du donner cette définition à mes amis plutôt que "chou chinois lactofermenté au piment" lorsqu'ils lorgnaient de façon plus que suspecte sur mes bentô...) Ce sont des légumes marinés dans un mélange de piment, gingembre, sucre, oignon ou ail et sauce de poisson bien souvent, et fermentés. La variété la plus connue en occident est le baechu kimchi, au chou chinois, mais on en trouve aussi au radis, au concombre etc.

Bref, tout ça pour dire que le kimchi, j'aime bien ça. Et que je suis donc prête à rententer l'expérience choucroute, du moins selon la recette de Green Kitchen Stories. Et c'est au terme de cette intense réflexion que je suis arrivés à l'idée que je vous présente aujourd'hui : faire des bocaux de légumes râpés puis fermentés comme chez David et Luise, MAIS assaisonnés façon kimchi! #génie (#seconddegré) A ce stade de l'année, les possibilités sont assez limitées, j'ai donc choisi d'utiliser de la carotte, mais j'espère tenter le coup avec du radis aussi, puis du concombre cet été, et de la betterave cet hiver. Voilà qui va varier un peu mes garnitures de bibimpap! (mais comment ça, vous ne savez pas ce que c'est un bibimpap? Vous avez VRAIMENT vécu sur Mars vous! ;)

Un bibimbap c'est ça : un bol de riz surmonté de plein de garnitures multicolores et de sauce pimentée! C'est un des plats les plus populaires en Corée, à juste titre car c'est délicieux (et très joli! Même s'il faut tout casser et tout mélanger pour le manger!)

Légumes fermentés façon kimchi {sans gluten, sans oeufs, sans lait, sans noix, option vegan}
Pour un petit pot (le mien sur les photos est légèrement -ahem- trop grand pour la quantité de kimchi donnée ici...) :
- 2 belles carottes (ou une quantité équivalente de radis, betteraves, concombres, ...)
- 1 grosse gousse d'ail
- 1 morceau de gingembre frais de la même taille que votre gousse d'ail
- 2 ou 3 oignons nouveaux (je n'avais plus que les bulbes, ayant utilisé les fanes autrement, mais c'st mieux d'utiliser les tiges vertes aussi!)
- 1 cs de sucre
- 1 cs de sauce de poisson (utilisez de la sauce soja pour une version vegan)
- 1 cc de flocons de piment coréen (à doser au goût, sachez cependant que le goût piquant va en s'atténuant)
- 1 cs de graines de sésame

Pelez les carottes et râpes-les avec une râpe à gros trous. Détaillez les parties vertes des oignons nouveaux en tronçons de 2 cm de long et tranchez plus finement les bulbes. Si vous utilisez des concombres, faites-les dégorger avec du sel dans une passoire pendant au moins 30 minutes, puis rincez et pressez bien pour éliminer l'eau.

Pelez l'ail et le gingembre et râpez-les avec une râpe à petits trous (ou utilisez un presse-ail) dans un bol suffisamment grand pour contenir toutes vos carottes.

Ajoutez le sucre, le piment et la sauce de poisson ou sauce soja à l'ail et au gingembre et mélangez pour bien dissoudre le sucre.

Ajoutez les carottes et l'oignon dans le bol et mélangez pour bien enrober les légumes de marinade. Le mieux, c'est d'y aller avec les doigts en massant légèrement vos carottes.

Ajoutez les graines de sésame et mélangez à nouveau.

Versez le mélange dans un récipient hermétique et tassez bien pour éliminer les bulles d'air. Si besoin (comme ce fut le cas pour moi avec mon grand pot), protégez les carottes du contact avec l'air à l'aide d'un morceau de papier sulfurisé. Attention : l'odeur du kimchi va imprégner votre récipient plus ou moins durablement (même si celui-ci est en verre!), soyez donc prêt à "sacrifier" un tuperware ou un bocal pour cette recette. L'odeur finira par partir si vous aérez le contenant suffisamment longtemps mais elle peut se montrer très tenace... Après avoir "parfumé" plusieurs tuperwares, j'ai décidé de ne plus utiliser que le bocal que vous voyez en photo pour mon kimchi (d'où la taille inappropriée pour les carottes, en revanche pour du kimchi au chou c'est bien!). N'utilisez pas de récipient en métal non plus!

Laissez fermenter à température ambiante pendant 3 à 5 jours, puis placez au frigo pour ralentir le processus.

Se déguste dans un bibimpap, du riz sauté, en accompagnement (en petites quantités) de plats coréens/japonais, mais aussi sur un "abundance bowl", dans un burger, ...


According to the authors of Green Kitchen Stories, fermented foods are going to be a big food trend. It's true that I've seen more and more sauerkraut as buddah bowls topping in my Instagram feed, but so far I haven't really been wanting to try it.

I tried sauerkraut several years ago as a child and hated it (as well as the rest of the "choucroute" dish, i.e. boiled potatoes and sausages that all take the acidic taste of the cabbage). Daniel and Luise's take on sauerkraut looks however so nice that I'm almost ready to give it another try. Especially considering that I'm a little more accustomed to fermented veggies now that I've tried kimchi!


If you don't know what kimchi is, well, first : did you live on Mars the two last years?! And second : it's basically Korean sauerkraut, aka lacto-fermented veggies, but with Asian flavours. The most known kind of kimchi is baechu kimchi, made with chinese cabbage, but turnirps, cucumbers, bok choi and other veggies are used as well. The vegetables are mixed with garlic, ginger, sugar (or mixed fruit), fish sauce, green onion, sometimes rice flour for extended shelf life, and of course red pepper flakes, and are let to ferment in big jars. They are then served as pickels during a meal but can also be incorporated in fried rice, stews, dumplings, ...


So, with all that in mind, I decided to adapt Green Kitchen Stories' recipe to make a jar of kimchi flavoured fermented veggies. My recipe differs from regular kimchi in the cuttong of vegetables, that I grated to make them look more like occidental sauerkraut. I used carrots because that's what in season right now, but I can very well imagine it with radishes, cucumbers in summer, or beets in winter. And even maybe grated winter squash or cauliflower? Possibilities are endless! I will have so much choice when it comes to my bibmbap toppings!!!

What, you don't know what bibimbap is? Well, you really lived on Mars, you! (just kidding! Check the pictures above : it's a bowl of rice with multiple toppings of vegetables, meat or fish if you wish, egg and spicy sauce. Looks really pretty but you have to destroy everything in order to eat it!)

Kimchi flavoured sauerkraut {gluten-free, egg-free, nut-free, lactose-free, vegan option}
Yields 1 small jar (mine is quite big on the pictures!) : 
- 2 medium/big carrots (or beets cucumbers, shredded cabbage, radishes, ...)
- 1 big garlic clove
- the same amount of ginger as garlic
- 2/3 green onions (I used only the bulbs here since I had used the tops for another recipe, but it's better to use the green parts as well!)
- 1 tbsp sugar
- 1 tbsp fish sauce (or soy sauce for vegan)
- 1 tsp red pepper flakes
- 1 tbsp sesame seeds

Peel and grate the carrots with a big mesh grater. If using cucumbers or another very "watery" vegetable, be sure to mix it with salt and leave to rest for 1 hour at least, then rince and press excess water. Slice the green parts of the onions in 1 inch pieces and slice finely the bulbs.

Peel garlic and ginger and grate with a fine mesh grater. Put in a bowl large enough to hold all your vegetables.

In the bowl, add fish/soy sauce, sugar and red pepper flakes. Mix to dissolve sugar.

Add in the carrots and the sesame seeds and mix well to coat. It's easier with the hands, massaging a bit the carrots as you go!

Pour the mix into a clean and hermetic jar or box (not a metallic one!). Be aware that the smell of kichi is quite strong and that your container will soak it quite durably (even glass! It's worse with plastic though). So be ready to "sacrifice" a container for kimchi! I "wasted" a pretty big amount of plastic boxes this way and had to wait for a while before they were not smelly anymore, so now I use the same jar everytime I make kichi (the one in pictures, that's why it's too big for the carrots, but it is the perfect size for when I make cabbage kimchi).

Press well to remove air bubbles, and if needed (as in my case since the jar was too big), protect your kimchi from air with a piece of cooking paper pressed on top.

Leave to ferment at ambient temperature for 3 to 5 days then store in the fridge to slow the fermentation process.

This kimchi can be used as a topping for bibimbap, in fried rice, as a pickle with Korean/Japanese dishes, but also as topping fo abbundance bowls, as bugers topping, etc.

mardi 9 juin 2015

D'internet à mon assiette : mai 2015 // From the Internet to my plate : May 2015

Et c'est reparti pour une nouvelle revue des recettes qui m'ont régalées pendant ce mois de mai 2015! Le mois de mai est vraiment un mois de transition en terme de produits, le début étant assez difficile car les légumes de printemps n'ont pas encore véritablement pointé le bout de leur nez. Il faut donc composer avec ce qu'il y a, c'est à dire les quelques légumes d'hiver qui résistent encore et toujours à l'envahisseur, et quelques primeurs (qui se vendent souvent à prix d'or!) comme les pommes de terre, les radis, les salades, le carottes, et bien sûr les asperges! (Vous les voyiez venir hein?) Et pour les chanceux, quelques rares fraises, petits pois ou fèves, et même quelques courgettes (incroyable mais vrai!).

Et puis d'un coup, le printemps s'installe et de plus en plus de produits font leur apparition sur les marchés. Pour mon plus grand plaisir, les fraises et les cerises rougissent (je prévoir d'en acheter des kilos ce weekend!), la rhubarbe se montre (surtout sur internet en ce qui me concerne, car je n'en ai toujours pas trouvé!), les artichauts s'épanouissent. Bref, le BONHEUR! Ma saison préférée reste tout de même la fin de l'été/début de l'automne, où on croule sous les tomates, poivrons et aubergine mais aussi sous les courges! Mais ne parlons pas déjà du mois de septembre, le temps passe bien trop vite comme ça... Remontons plutôt le fil de ma mémoire gustative!


01. Risotto à l'oseille, à la menthe et à la purée d'amande | Clea Cuisine : Ouh là, qu'il me paraît loin ce risotto... J'ai goûté de l'oseille pour la première fois cet hiver, jusqu'à présent je n'en avais pas trouvé (ou pas cherché!) sur les marchés. J'ai de suite apprécié son petit goût citroné, mais je cherchais d'autres façons de la cuisiner qu'en quiche ou en sauce. Et lorsque je cherche des idées pour cuisiner un légume, je vais faire un tour sur la liste "Cuisiner les légumes autrement" de Cléa, qui ne me déçoit jamais! Cette fois encore, bonne pioche : la menthe et l'oseille se marient parfaitement dans un risotto onctueux (et vegan) comme je les aime!

02. Quinoa and broccoli slaw with mustard-honey dressing | Cookie and Kate : quand j'ai vu cette salade, j'ai de suite su qu'elle était faite pour mon homme (et pour moi aussi, souvenez-vous de mon obsession du brocoli!). Il adore le brocoli et est dingue de quinoa, alors j'étais OBLIGEE de la cuisiner! J'étais un peu intriguée par le brocoli cru (le seul chou que je n'avais jamais pensé à manger cru... mais en y réfléchissant bien, pourquoi ferait-il exception?), mais cette salade s'est avérés délicieuse et très rafraîchissante, et surtout très rapide à préparer. Et bien sûr, mon homme l'a adorée! (il me l'a répété pendant plusieurs jours, je crois que je vais devoir en refaire...)

03. Vegetable lo mein & 04. Cantonese soy sauce pan fried noodles | The Woks of Life : J'adore les cuisines asiatiques, tous mes amis vous le diront (bon et aussi la cuisine italienne, et libanaise, et tex-mex, et indienne, ...), mais jusqu'à présent je m'intéressais particulièrement au Vietnam, au Japon, à la Thaïlande et à la Corée dans une moindre mesure. Bref, un peu à tout sauf à la Chine, pourtant patrie d'origine de bon nombre de délices du continent asiatique. J'avais un à-priori pas très positif sur la cuisine chinoise, que j'imaginais très forte en goûts (pas forcément agréables qui plus est) et en textures étranges, à l'instar des pattes de coq bouillies et d'oeufs de cent ans... Mais ça, c'étais avant que je découvre le blog The Woks of Life, qui m'a réconciliée avec la cuisine chinoise, ou en tout cas certaines cuisines chinoises car il est impossible de regrouper toutes les spécialités d'un si grand pays sous une seule bannière. Voilà donc que je salive devant des dim-sum honkogais, des plats de légumes colorés (et terriblement épicés) du Sichuan, des nouilles sautées cantonaises... N'y tenant plus, j'ai récemment agrandi ma collection de condiments asiatiques avec quelques basiques que je retrouvais d'une recette à l'autre : sauces de soja claires et foncées, vin de riz shiaoxing et vinaigre de riz noir. Et je peux vous dire qu'après avoir testé ces deux recettes de nouilles sautées, je ne regrette pas mon investissement! J'ai retrouvé chez moi le goût EXACT des plats que l'on peut déguster en restaurant et que je cherchais désespérément à obtenir depuis si longtemps (à base de sauce soja claire seulement, quelle ignorante j'étais!). Depuis, je ne suis que joie, allégresse et nouilles sautées. Ah, comme on le dit si bien, il en faut peu pour être heureux!